English Plan du site

Lacs et bassins versants

Plan stratégique 2013-2017 pour la protection des lacs et des bassins versants 

La Municipalité du Canton de Gore est particulièrement caractérisée par la présence de l’eau. Parmi les centaines de kilomètres de cours d’eau et plus de 300 plans d’eau, on distingue 36 lacs nommés dont 13 ont suscité un intérêt marqué pour le développement résidentiel. Le territoire du canton présente également des centaines de milieux humides de différents types comme les marais, les marécages et les tourbières.

La municipalité reconnait que les lacs et les cours d’eau de son territoire ont un caractère exceptionnel pour leurs citoyens. En plus de créer une multitude de paysages magnifiques, ces milieux contribuent à la qualité de vie des résidents de son territoire. Que ce soit à travers l’eau potable, les activités récréatives ou le paysage, les citoyens ont développé un sentiment d’appartenance pour les plans d’eau. Ainsi, la municipalité cherche à protéger la qualité de ces milieux, au profit de la communauté.

Quoi qu’il en soit, plusieurs pressions sur ces milieux menacent leur intégrité et leurs fonctions et, par le fait même, les biens et les services qu’ils rendent au milieu. Les enjeux de la gestion de l’eau sont multiples et traitent de l’ensemble des problèmes et des parties prenantes.

Face à ces défis de gestion, la Municipalité du Canton de Gore a adopté le 2 avril 2013, à un Plan Stratégique 2013-2017 pour la gestion des lacs et des bassins versants. Ce plan donne des moyens pour atteindre les cibles de développement durable fixées dans la Politique Environnementale. Les orientations, les objectifs et les actions proposés dans ce Plan Stratégique permettront à la municipalité ainsi qu’aux acteurs d’améliorer les conditions de la situation actuelle de la communauté, tout en respectant les limites du milieu naturel, de manière à protéger la qualité de vie et la qualité du milieu pour les générations présentes et futures.

Le Plan Stratégique sur la gestion des lacs et des bassins versants est mis en place afin d’atteindre la situation désirée quant au milieu aquatique :

  • Maintenir la qualité de l’eau afin de permettre les usages de l’eau;
  • Maintenir les niveaux d’eau et les débits afin de permettre les usages de l’eau;
  • Protéger l’intégrité des écosystèmes aquatiques afin de préserver les biens et les services que procure le milieu.

La stratégie mise en œuvre vise l’atteinte des résultats suivants :

  • Éliminer les substances de type bactériologique et pathogène des plans d’eau;
  • Éliminer l’apport en substances nutritives telles que le phosphore et l’azote des plans d’eau;
  • Éliminer l’érosion et le transport des matières en suspension dans les plans d’eau;
  • Éliminer les sources de contaminations chimiques (pesticides, métaux lourds, hydrocarbures, etc.);
  • Maintenir le niveau d’eau des lacs afin de protéger leur valeur et leurs usages;
  • Maintenir le débit des cours d’eau afin de préserver les services écosystémiques qu’ils procurent au milieu;
  • Éviter l’eutrophisation ou le vieillissement accéléré des lacs;
  • Éliminer les pressions anthropiques menaçant l’intégrité des milieux aquatiques.

En gardant en tête les grandes cibles environnementales, la stratégie de gestion des lacs et des bassins versants propose un cadre de gestion basée sur les objectifs suivants :

  • Privilégier la gestion de l’eau par bassin versant dans l’analyse des situations, la prise de décision et l’identification de solution;
  • Coordonner l’acquisition des connaissances entre les différents acteurs du milieu;
  • Informer, éduquer et sensibiliser les acteurs du milieu face aux milieux aquatiques, aux problèmes ainsi qu’à leurs rôles dans la gestion de l’eau;
  • Instaurer et appliquer un cadre réglementaire efficace;
  • Concerter les intérêts et les préoccupations des acteurs du milieu afin d’éviter les conflits et d’instaurer un compromis d’usage de l’eau.

Voici la version intégrale du Plan Stratégique 2013-2017 pour la gestion des lacs et des bassins versants.
ps lacs

Myriophylle à épi :

Appuyer ici pour consulter le guide


Eutrophisation

L’eutrophisation est définie comme étant le phénomène naturel d’augmentation de la productivité d’un plan d’eau. L’évolution naturelle d’un lac est habituellement très lente et se déroule à une échelle géologique. En revanche, ce processus peut être accéléré avec les pressions anthropiques qui conduisent alors au vieillissement prématuré du plan d’eau.

La principale cause de l’eutrophisation des plans d’eau est l’apport en matières nutritives, principalement en phosphore et en azote. La présence de ces éléments, dont les répercussions se font également sentir sur la communauté faunique, accentue la croissance importante d’algues et de végétaux aquatiques dans la colonne d’eau ainsi que dans les eaux les moins profondes. En effet, l’accroissement des populations végétales induit un changement des espèces fauniques présentes, modifiant ainsi les relations interspécifiques entre les organismes vivants. Relativement à ces modifications, l’augmentation de ces relations favorise la productivité du lac, conduisant ainsi au phénomène d’eutrophisation.

Une diminution de la transparence de l’eau, une diminution de la profondeur, une augmentation de la température et une diminution de l’oxygène dissous se révèlent être les conséquences directes de l’eutrophisation sur le milieu. Le plan d’eau se transforme graduellement et ce changement dans l’écosystème entraine des modifications dans la dynamique des populations fauniques et floristiques. L’eutrophisation augmente également le risque de prolifération des cyanobactéries. Pour les usagers de l’eau, tout ceci se traduit en perte d’usage récréatif, en perte de la valeur esthétique du milieu et même en perte de la valeur des propriétés.

L’eutrophisation est un processus complexe reliant plusieurs composantes du vivant et du non-vivant de l’écosystème aquatique. Quoi qu’il en soit, l’accroissement accéléré et artificiel du plan d’eau est dû aux activités et usages anthropiques.

Principales causes potentielles :

  • Apports anthropiques de matières nutritives comme le phosphore et l’azote;
  • Apports en sédiments provenant des foyers d’érosions ou des autres sources d’entraînement des sédiments;
  • Développement intensif en bordure des lacs et artificialisation des rives.

Cyanobactéries (algues bleu-vert)

Longtemps, on les a appelées algues bleu-vert, refusant de les considérer comme des bactéries. Contrairement à d'autres bactéries, elles contiennent de la chlorophylle et puisent leur énergie de la lumière solaire. Leur appellation courante d'algues bleu-vert provient du fait que les premières cyanobactéries identifiées étaient de couleur bleu-vert. Cependant, ce n'est pas le cas de toutes les cyanobactéries : certaines sont vert olive ou vert foncé, d'autres même sont plutôt violettes.

Au cours des dernières années, un nombre croissant de cours d'eau du Québec ont dû être fermés à la baignade et à la navigation de plaisance en raison de la prolifération de cyanobactéries. Les conséquences chez l'homme sont de l’ordre cutané, mais ils peuvent également avoir des impacts significatifs pour le foie et le système digestif si l’eau contaminée est avalée. Si vous soupçonnez avoir été en contact avec des toxines et que vous présentez ces symptômes, rincez votre peau et consultez un médecin immédiatement.

Pour le propriétaire moyen, la résidence principale constitue le plus important investissement de sa vie. Les résidents des bords de lacs sont certainement les plus directement menacés par la prolifération de cyanobactéries.

Il est également important de signaler la présence de cyanobactéries sur tout plan d’eau auprès de votre municipalité.

Naturalisation des bandes riveraines

La conformité des bandes riveraines sur les plans d’eau habités est une action importante du Plan Stratégique 2013-2017.

L'objectif derrière le règlement municipal sur les bandes riveraines est de recréer le filtre végétal que nous avons éliminé en déboisant nos terrains. Un des problèmes que doivent affronter nos lacs et nos cours d'eau est qu'ils reçoivent un trop grand apport en azote et en phosphore. Cet apport vient, entre autres, de nos fosses septiques, mais aussi de tout genre de produits que nous utilisons dans la vie de tous les jours. Les plantes sont tout à fait capables d'assimiler l'azote et le phosphore; en fait, elles en ont besoin. Rappelons que les trois principales composantes de l'engrais sont l'azote, le phosphore et le potassium. Cependant, quand la quantité est trop grande, elles n'y arrivent pas. En déboisant nos terrains, on a donc éliminé une grande partie du filtre végétal naturel. On parle aujourd'hui des terrains sur le bord des lacs et des cours d'eau, mais en fait il en est de même sur l'ensemble de nos terrains... Pensez au bassin versant, et parlez-en à vos voisins...

L'objectif est donc clair : on veut recréer le filtre végétal, et ceci est aussi vrai dans les situations où la pelouse ou tout autre couvre-sol s'étend jusqu'au lac que dans les cas où des murets sont édifiés. Le muret de pierres ou de béton est une masse thermique qui absorbe la chaleur et la redistribue à l'eau, ce réchauffement devenant ainsi un facteur aggravant. L'objectif principal dans un tel cas serait donc de l'habiller de végétaux, par exemple avec une vigne vierge. Rappelons qu'il est interdit de réparer un muret de pierres ou de béton qui serait affaissé par endroits. Évidemment, vous avez toujours droit à un accès de cinq (5) mètres pour vous rendre au lac ou à votre quai par exemple. Cet accès doit être en angle par rapport à l'eau, afin d'éviter qu'il ne devienne un canal sans filtration pour l'eau de surface.

Les plantes à utiliser en naturalisation sont principalement des plantes indigènes du Québec et donc parfaitement adaptées à nos conditions climatiques. Pour maximiser vos chances de réussite, vous devez considérer le type de sol et l'ensoleillement, mais aussi évidemment le taux d'humidité du sol, puisqu'il s'agit de bandes riveraines.

Votre municipalité a le pouvoir de légiférer en matière d'environnement. L'obligation actuelle de naturaliser s'applique aux premiers dix (10) mètres de la bande riveraine, calculée de la ligne des hautes eaux. Ceci signifie une interdiction de tondre le gazon, ou de couper quoi que ce soit dans les premiers dix (10) mètres de la ligne des hautes eaux.

Installations septiques

Un entretien adéquat de votre installation septique est extrêmement important, pour votre famille et vos concitoyennes et concitoyens certes, mais il est d'autant plus important considérant l'impact direct qu'il a sur la qualité de l'eau du bassin de Gore. Une simple défectuosité peut générer des conséquences dépassant de loin le simple coût des réparations.

Les fuites d'eau d'égout provenant d'une installation septique défectueuse favorisent la pousse d'algues et de végétaux et un indice plus bas de dissolution de l'oxygène. Votre installation peut laisser échapper des nutriments, comme le phosphore et les nitrates, dont la présence favorise de façon significative la prolifération de cyanobactéries. Le fonctionnement inadéquat de l'installation favorise également le développement de bactéries nuisibles, de protozoaires et de virus susceptibles de contaminer les eaux souterraines, les ruisseaux et les lacs, en plus d'exposer le public aux multiples risques découlant du contact direct avec les eaux usées.

Un entretien régulier est le moyen le plus efficace pour prévenir les risques de bris de toute installation septique.

La Municipalité exige de tous les propriétaires la vidange du réservoir septique :

  • aux deux (2) ans pour les résidentes et résidents à temps plein,
  • aux quatre (4) ans pour les résidentes et résidents à temps partiel.

Une copie de la facture de vidange doit être déposée à la Municipalité.

Voici ce que vous pouvez faire de plus :

  • Surveillez votre champ d'épuration régulièrement en faisant attention au sol mou, aux reflux de liquide, aux odeurs et à la compaction du sol.
  • Surveillez régulièrement la plomberie (lavabos, toilettes, douches) afin de prévenir toute fuite.
  • Faites fonctionner les électroménagers, tels les lave-vaisselle et les machines à laver, ainsi que les robinets, un à la fois.
  • Attendez quelques heures entre les brassées de lavage, et ne faites que des brassées complètes.
  • Dirigez tous les drains provenant de l'entrée, du toit et de la terrasse loin du champ d'épuration.
  • Évitez les additifs pour fosses septiques qui sont superflus et n'ont aucun impact sur la fréquence de vidange. De plus, ces substances passent dans le champ d'épuration et se retrouvent inévitablement dans nos ruisseaux et nos lacs.
  • Évitez l'utilisation de broyeurs à déchets. Ils génèrent un haut taux de solides organiques dans la terre favorable à la prolifération de bactéries et autres micro-organismes non désirables.
  • Évitez d'utiliser des produits servant à tuer les bactéries, car il cause également des dommages aux composantes organiques essentielles au bon fonctionnement du système septique:
  • les antibiotiques (qui servent à tuer les bactéries);
  • les nettoyants ménagers qui contiennent des javellisants, des acides ou des désinfectants;
  • les produits polissants;
  • les débouchants caustiques;
  • Évitez les produits dont l'étiquette mentionne des risques pour la santé comme l'ingestion et le contact avec la peau;
  • Ne jetez jamais de graisse ou d'huile dans votre drain;
  • Évitez tous les produits comme le phosphate et les nitrates qui se retrouvent dans bon nombre de détergents domestiques. Ils contribuent directement à l'éclosion des cyanobactéries et empêchent une dissolution adéquate de l'oxygène dans le bassin;
  • Ne jetez jamais dans les toilettes les filtres de cigarettes, les serviettes hygiéniques et autres solides non organiques.

Voici quelques alternatives aux nettoyants toxiques :

Savon : Choisissez des produits sans phosphate et non toxiques

  • Poudre à récurer : Bicarbonate de soude;
  • Nettoyant pour fibre de verre : Pâte de bicarbonate de soude;
  • Nettoyant à plancher : Une tasse de vinaigre dans cinq litres d'eau;
  • Nettoyant pour les vitres : Une tasse de vinaigre et une tasse d'eau tiède;
  • Nettoyant pour le cuivre : Jus de citron et sel;
  • Nettoyant pour le laiton : Sauce Worcestershire ou une pâte faite de sel, de vinaigre et d'eau à parts égales. Rincez;
  • Nettoyant pour le chrome : Nettoyer au vinaigre de cidre, polir avec de l'huile pour bébé;
  • Pour déboucher les drains : Versez du vinaigre et du bicarbonate de soude dans le drain. Terminer avec de l'eau bouillante;
  • Pour enlever la moisissure : À parts égales : jus de citron ou vinaigre et sel;
  • Pour nettoyer le bois : Trois parts d'huile d'olive et une part de vinaigre blanc.

Votre système septique peut être défectueux même s'il semble bien fonctionner. Un système bien entretenu est conçu pour durer de 20 à 30 ans. Les bris sont fréquemment causés par la saturation du sol entourant le système par les dépôts organiques des végétaux, mais plusieurs autres facteurs peuvent entraîner un bris prématuré d'une installation septique :

  • Tuyaux bloqués ou endommagés par des racines;
  • Saturation du sol par des pluies abondantes;
  • Tuiles brisées;
  • Installation mal située, mal conçue ou mal installée;
  • Installation mal entretenue.

Voici des symptômes de mauvais fonctionnement d’une installation septique :

  • Odeur d'œufs pourris à l'intérieur ou à l'extérieur;
  • Refoulement d'eau d'égout dans les drains des toilettes ou du bain;
  • Suintement d'eau d'égout au-dessus du champ d'épuration;
  • Gargouillements sonores dans le système de plomberie;
  • Herbe vert pâle au-dessus du champ d'épuration;
  • Un test à réaliser soi-même est disponible gratuitement au bureau de la Municipalité pour tous les contribuables inscrits.

Voici quoi faire en cas de bris :

  1. Contactez immédiatement nos inspecteurs municipaux, Jason Morrison ou Donald Pressé, au 450 562-2025. Ils vous conseilleront sur-le-champ quant aux mesures à prendre;
  2. Faites inspecter votre système afin de déterminer la cause du bris. Remédiez au problème afin de prévenir un bris futur;
  3. Faites réparer votre système sans tarder. Vous y êtes tenus par la loi. Prenez note que la municipalité prendra les actions nécessaires en cas de négligence ou de refus de collaborer.

Programme Éco-prêt

La Municipalité du Canton de Gore étudie la faisabilité de mettre en place un programme Éco-prêt à l’échelle locale. Ce programme pourrait permettre à la municipalité d’acheter et de remplacer les installations septiques obsolètes et de convenir d’une entente pour le remboursement avec les résidents. À cette phase de projet, l’étude de faisabilité vise à évaluer et à identifier les conditions gagnantes nécessaires à la mise en place du programme Éco-prêt. Pour y arriver, il s’agit d’identifier les types d’installations septiques optimales pour répondre aux conditions du milieu, de développer la structure financière du programme, d’élaborer le cadre de gestion municipale du programme ainsi que d’analyser les différents scénarios de vidanges et de gestion des boues. À noter que la Fédération Canadienne des Municipalités (FCM) et la MRC d’Argenteuil ont démontré leur soutien en participant financièrement à la planification du programme Éco-prêt.

Une fois planifié, le programme Éco-prêt pourrait être disponible aux citoyens de Gore, idéalement, dès l’année 2014. La municipalité serait alors la première au Québec et au Canada à mettre en place ce type de programme. De plus, la démarche d’étude de faisabilité pourra servir à des dizaines de municipalités touchées par cette problématique au Québec qui chercheraient à mettre en place un programme similaire pour leurs résidents.

©2011 Canton de Gore, Tous droits réservés, Produit par Cyprex Technologies Inc.