Plan d'urbanisme

En vertu de la Loi sur l'aménagement et I'urbanisme, les municipalités du Québec doivent adopter et maintenir en vigueur un plan d'urbanisme. En 2017, la MRC d'Argenteuil a entrepris une importante modification de son schéma d'aménagement et de développement afin de tenir des orientations gouvernementales en matière de gestion de l'urbanisation, notamment l'orientation visant les territoires périmétropolitains. Cette modification a un important impact sur le territoire puisqu'elle introduit une nouvelle approche pour les territoires situés à l'extérieur des périmètres d'urbanisation, soit les secteurs prioritaires d'aménagement. Ces changements, incluant I'introduction du réseau écologique à l'échelle régionale, ont amené le Canton à réviser le plan d'urbanisme. 

Le Canton de Gore est un territoire municipal de 93,86 km2 habité par 1 965 résidents permanents (MAMH, Décret de population 2018). À cela s'ajoutent les citoyens villégiatures dont le nombre est évalué à environ 1350. Le Canton de Gore est I'une des neuf (9) municipalités faisant partie du territoire de la MRC d'Argenteuil. Alors que la Ville de Lachute assume un rôle de pôle régional, notamment en termes de commerces et services, le Canton joue un rôle de pôle de desserte locale selon le concept d'organisation spatiale de la MRC d'Argenteuil. 

En résumé, sur le territoire de la Municipalité on constate: 

  • Une concentration et saturation du développement autour des lacs ; 
  • La présence d'un milieu naturel et de paysages de qualité ; 
  • Le rôle important de la forêt privée pour le réseau de sentiers écotouristiques ; 
  • Le très faible nombre de commerces de détail et services (un futur dépanneur au coin Braemar/329);
  • Des secteurs résidentiels et/ou de villégiature sur des lots dont la superficie est inférieure aux normes réglementaires (Grace Park, secteur du lac Chevreuil) ;
  • Une absence de service d'électricité dans la partie nord-ouest du territoire ;
  • Une présence limitée d'activités récréotouristiques (gîte touristique La Ferme Kerr 1907) ;
  • Une absence d'agriculture, mais demande présente pour des activités légères ;
  • Un intérêt des acteurs pour des formes d'exploitation non ligneuse de la forêt ;
  • Un intérêt des acteurs pour I'autosuffisance alimentaire et énergétique ;
  • Un intérêt des acteurs pour des modes d'habitations minimalistes ; 
  • Un intérêt des acteurs pour des projets de développement durable novateurs ;
  • Un milieu communautaire fort et engagé, mais qui offre un potentiel d'être diversifié et un potentiel pour répondre à plus de besoins locaux.
  • Enjeux pertinents en matière d'urbanisme

    Le milieu naturel

    • Connaissance et protection des milieux humides ;
    • Préservation de l’aire de confinement du cerf de Virginie ;
    • Gestion de la qualité de l’eau des lacs et cours d’eau ;
    • Sensibilisation aux répercussions environnementales des travaux sur les rives ;
    • Préservation et mise en valeur des vues panoramiques ;
    • Protection et éducation à la biodiversité du milieu naturel ;
    • Introduction de nouvelles formes d’exploitation non ligneuse de la forêt (ENLF) ;
    • Capacité de résilience et de protection des milieux naturels ;
    • Présence du réseau écologique.

    La fonction résidentielle et de villégiature            

    • Planification et contrôle du développement de villégiature (étalement, phases de construction, architecture et rentabilité fiscale des projets) ;
    • Consolidation des densités résidentielles pour offrir du logement à bonne proximité des services ;
    • Encadrement des activités complémentaires pouvant entraîner des nuisances, tels les commerces à domicile, les fermettes et la garde d’animaux domestiques ;
    • Demande pour de nouvelles formes d’activités complémentaires pouvant entraîner des nuisances, mais répondant au désir d’autosuffisance ;
    • Développement respectueux du milieu naturel ;
    • Adaptation du cadre bâti adapté au besoin de la population vieillissante ;
    • Problématiques de salubrité dans certaines résidences ;
    • Gestion du territoire selon les secteurs de restriction, de consolidation et de développement.

    La fonction commerciale             

    • Localisation d’éventuels commerces de détail dans le respect du milieu résidentiel et de villégiature ;
    • Qualité des implantations le long des voies de circulation principales et particulièrement le long de la route 329 ;
    • Consolidation des activités commerciales dans le secteur Cambria/329/Braemar (zone NC-1) ;
    • Croissance et encadrement du travail à domicile ;
    • Croissance et encadrement des activités complémentaires à l’habitation et à caractère commercial ;
    • Consolidation services et activité commerciale pour favoriser une offre de proximité pour le milieu résidentiel.

    La fonction agricole       

    • Établissement de fermettes dans le respect du milieu de villégiature et résidentiel ;
    • Contrôle des impacts de l'agriculture sur le milieu naturel ;
    • Diversification de l’ampleur et du type d’activités agricoles complémentaires
    • Mise en valeur du patrimoine agricole ;
    • Autosuffisance alimentaire du milieu résidentiel par des fonctions agricoles complémentaires.

    La fonction forestière    

    • Reconnaissance de la valeur économique de la forêt et le respect du droit de produire en accord avec le respect de la fonction de villégiature du territoire ;
    • Encadrement de l’exploitation forestière dans une perspective de développement durable de la forêt ;
    • Nouvelles formes d’exploitation non ligneuse de la forêt (ENLF).

    La fonction industrielle et extraction       

    • Contrôle des sablières et gravières (droits acquis) ;
    • Connaissance des ressources du sous-sol ;
    • Intégration de petites entreprises ou entreprises semi-artisanales en milieu rural.

    La fonction récréative et touristique       

    • Conservation et expansion du réseau du sentier de motoneige ;
    • Développement d’un réseau de sentiers récréatif (ski de fond et randonnée pédestre) en harmonie avec le milieu ;
    • Établissement d’entreprises récréotouristiques dans le respect du milieu ;
    • Contrôler le réseau et les pistes des véhicules tout terrain (VTT).

    Les services       

    • Maintien et adaptation des services offerts à la population permanente et de villégiature ;
    • Promotion de la participation des groupes communautaires et des associations de lac à l’offre de services et équipements de loisirs ;
    • Offre en services aux jeunes familles (parcs de jeux, garderie) ;
    • Offre des services ciblés dans les secteurs ayant le plus de besoins ;
    • Consolidation de l’offre de logement avec l’offre de services ;
    • Planification de l’accès à des services lors du développement résidentiel ;
    • Intégration d’une stratégie de compostage à domicile et municipale.

    Les contraintes anthropiques     

    • Contrôle des impacts des activités d’extraction sur le milieu (esthétique, poussière, bruit, usure des chemins) ;
    • Localisation d’usages contraignants sur le territoire ;
    • Contrôle de l’utilisation du sol à proximité de la ligne de transport d’électricité à haute tension.

    Les paysages     

    • Préservation des qualités du paysage, des lacs et des milieux humides ;
    • Localisation des structures pouvant avoir un impact négatif sur le paysage comme les antennes de télécommunication, les antennes des particuliers et les éoliennes ;
    • Architecture adaptée au caractère rural et de villégiature du territoire ;
    • Restauration des sablières-gravières épuisées.

    Le patrimoine   

    • Préservation et mise en valeur des bâtiments d’intérêt (églises anglicanes St-Paul’s et Holy Trinity et leurs cimetières, les cimetières St-John’s Anglican, West Gore et Dixon Family, la ferme Kerr, la maison au 11 chemin Rodgers) ;
    • Protection et prise en charge du cadre bâti de villégiature dépérissant.

    Le réseau routier

    • Amélioration de l’affichage directionnel considérant la croissance du travail à domicile et la croissance de la circulation des véhicules de livraison qui s’en suit ;
    • Maintien de la sécurité et du confort des utilisateurs du réseau routier (entretien, réparation, modification de la géométrie et amélioration du drainage sur certains tronçons) ;
    • Gestion du transport par camions lié à l’exploitation forestière et aux activités d’extraction et les coûts qu’il génère au niveau de l’entretien des chemins municipaux ;
    • Gestion du développement résidentiel et ouverture de nouvelles routes (phases de développement et de construction).